Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Brique de Terre Crue Compressée (BTC)
  • La Brique de Terre Crue Compressée (BTC)
  • : Didier Hubert, constructeur et producteur de briques de terre crue compressées (BTC), stabilisées, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) et au Sénégal (sn).
  • Contact

Téléchargez notre plaquette

Téléchargez notre plaquette ici

Veuillez patienter...

 Osez la brique de terre 1

Contact

Nous envoyer un mail :

    didier.hubert@hotmail.fr

Nous téléphoner :

    FRANCE (Alpes de Haute Provence) : +33 6 72 99 51 45
    SÉNÉGAL (Thiès) : +221 77 444 42 33
 

 

 

28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 10:45


Cahier de recommandations techniques

Document non contractuel au service des auto-constructeurs 


Téléchargez cet article en pdf

 

 

Une maison en terre est une maison vivante qui régule chaleur et humidité,
absorbe les sons, les champs magnétiques et les odeurs…
des murs en terre sont des murs solides, porteurs et résistants…
mais pour que ces qualités soient efficientes, il est nécessaire de respecter un certain nombre de conditions lors de la mise en œuvre de la brique de terre.

 



P1100666

 


1.     Stockage à l’abri de l’eau :
 

Tant qu’elle n’est pas sèche (21 jours minimum), la brique de terre est un matériau qui reste sensible aux intempéries (essentiellement pluviométrie) : il est recommandé de la stocker sous abri (une simple bâche suffit) et de lui éviter d’avoir les pieds dans l’eau (montée sur palette). 

Stockage



2.     De solides fondations :

Comme pour toute construction, les maisons en briques de terre ont besoin d’être bâties sur de solides fondations, voire sur dalle autoportante. Le mètre carré de mur monté en trente centimètres d’épaisseur représente une charge d’environ  500 kg.


 

3.     De « bonnes bottes » :

 

Afin d’éviter toute remontée d’humidité par capillarité depuis le sol, il est nécessaire de construire hors d’eau et donc de monter les fondations étanchéifiées au-dessus du niveau du sol, celles-ci servant d’assise à l’édification du mur de briques.

  

 

4.     Un « bon chapeau » :

 

De la même façon, un mur qui laisserait pénétrer les eaux de pluies par son sommet finirait par s’infiltrer dans les briques qui risqueraient d’éclater sous l’effet du gel. Les toitures débordantes protègent en outre les façades des intempéries ainsi que des rayonnements du soleil.

  

 

5.     Murs en 30 cm d’épaisseur :

 

La principale qualité de la brique de terre étant son inertie thermique, il est recommandé de bâtir des murs en 30 cm d’épaisseur, de façon à optimiser son rendement énergétique. Il faut réserver les murs plus fins aux cloisons.

  

 

6.     Brique posée « à plat », joints croisés :

 

Pour davantage de résistance à l’écrasement, les briques se montent « à plat », surtout si vous l’utilisez pour bâtir un mur porteur. Comme tout autre maçonnerie, on veillera à croiser les joints de façon à éviter les « coups de sabre ».


Moellons copier

    

 

   

Différents types d’appareils

 

 Copie 1 de Types d'appareils

 Copie 2 de Types d'appareils

 
Copie 3 de Types d'appareils
Copie 4 de Types d'appareils
Chaîne d'angle copier

7.     Un mortier de sable et de chaux (ou de ciment)

 

Les rangs de briques sont scellés au mortier de sable et de chaux (ou de ciment), comme tout autre moellon, mais sans y adjoindre de la terre, qui risquerait d’effectuer un « retrait » si elle est trop argileuse. Dans le cas d’une production in - situ, la brique peut aussi être posée sans liant : le séchage « collera » les éléments entre eux.

 

 

8.     Des chaînages en fonction de la hauteur :

 

La construction des murs nécessite la mise en place de chaînages à une hauteur égale à dix fois l’épaisseur du mur (ex : mur en trente = chaînage à trois mètres).

 

 

9.     Optimiser le gain de chaleur en hiver :

 

La brique de terre restitue la nuit les calories emmagasinées le jour. Il est pour cela nécessaire de favoriser les rayonnements solaires directs sur les murs sud. Pour augmenter l’apport calorique, on peut aussi leur donner une couleur sombre (qui absorbe le rayonnement)  ou disposer des vitres créant un « effet de serre » (voir murs Trombe). Les murs nord et ceux qui ne captent pas l’énergie seront isolés par une isolation extérieure, afin de ne pas diminuer l’effet d’inertie intérieure.

 

 

10.            Optimiser le maintien de la fraîcheur en été :

 

De la même manière, il est important d’empêcher le rayonnement solaire direct sur les murs en été (débord important de toiture, tonnelle végétalisée, volets devant les murs Trombes…) et d’adjoindre une circulation d’air frais par puits provençal et cheminée d’évacuation.



Maison bioclimatique ETE 


Maison bioclimatique HIVER



Téléchargez cet article en pdf

Voir aussi Conseils de mise en oeuvre / Formation 


 


P1100670

Détail d'intégration des interrupteurs

Repost 0
Published by Didier HUBERT - dans Techniques
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 13:19

Le puits provençal (ou le puits canadien) est un moyen de rafraîchissement (ou de réchauffement) de l'intérieur d'un bâtiment par le biais d'un système de circulation d'air.

Leur conception part du principe qu'à une certaine profondeur, la température de la terre est différente de celle de sa surface : à 2 m de profondeur, la température oscille entre 18°C et 26°C sous nos latitudes. L'amplitude thermique de ses variations est proportionnelle à la profondeur : à plus de 10m de profondeur, la température est quasiment constante. Ainsi, en été, la température sous terre sera inférieure à la température sur terre. Inversement, en hiver, elle est plus élevée. Il est donc possible de profiter de ce différentiel pour rafraîchir ou réchauffer un bâtiment (voire simplement mettre hors gel).


Puits provençal                                                     Schéma du principe de fonctionnement du puits provençal


Le puits provençal consiste donc à faire entrer dans un bâtiment un air rafraîchi au contact des profondeurs de la terre. Pour cela, on installe un système de tuyaux sous terre (souvent aux alentours d'1 m 50 de profondeur), dans lequel l'air circulera soit naturellement, soit à l'aide d'une ventilation motorisée, se rafraîchira au contact du "tube-échangeur" et entrera dans le bâtiment avant de ressortir. Il peut être en circuit fermé ou ouvert (l'air extérieur entre dans la maison).

Repost 0
Published by Florence DOMINIQUE - dans Techniques
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 11:21

Le mur capteur est un mur à forte inertie dont la fonction est de capter l'énergie solaire, de l'emmagasiner et de l'accumuler, pour la restituer à l'intérieur de la pièce avec un déphasage thermique (temps de restitution) plus ou moins important selon la nature des matériaux employés. Il va sans dire que la brique de terre montée en 30 cm d'épaisseur, avec sa forte inertie thermique et son déphasage dans le temps d'une dizaine d'heures est totalement adaptée à ce genre de mur.

Le mur Trombe (ou Trombe-Michel car il a été conçu par le Professeur Félix Trombe et l'architecte Jacques Michel), est un mur capteur amélioré : il consiste à augmenter sa capacité de captage par la pose d'une paroi vitrée au devant et en retrait d'un mur percé, créant ainsi une "lame d'air", permettant d'une part le phénomène "d'effet de serre" et d'autre part  la circulation de l'air. 


mur Trombe

Schéma extrait du site de l'ADEME


Ainsi, la vitre concentre le rayonnement solaire et apporte davantage de calories au mur qui les restitue ensuite lentement dans la pièce. Mais surtout, elle chauffe l'air contenu dans la lame d'air, qui pénètre dans la pièce par les orifices prévus à cet effet en partie haute. L'air "rafraîchi" de la pièce, plus lourd, retourne dans la lame d'air par les orifices bas du mur. Le différentiel thermique entraîne une circulation naturelle et continue de l'air. La nuit, ce phénomène s'inverse, la température intérieure étant plus élevée que celle de la lame d'air. Il est donc utile de prévoir des systèmes de fermeture des orifices du mur, un double vitrage, ou des volets... le mur fonctionne alors comme un mur capteur de base en restituant la chaleur accumulée à l'espace de vie intérieur.


P1100673

Derrière la vitre de ce mur Trombe, on distingue l'appareil en briques de terre crue 
Maison des Vins de Bandol (83)


Voir aussi "Maisons bioclimatiques et inertie thermique"

Repost 0
Published by Florence DOMINIQUE - dans Techniques
commenter cet article